fbpx

De la pratique

Après 4 mois de sevrage équin, je profite pleinement avec le beau soleil d’été de ma nouvelle grise rondouillarde. Après son débourrage réussie du mois de février réalisé par une copine (avec ma très petite aide), je n’avais pas posé mes fesses dessus avant mon départ. Je ne suis pas du genre pressée dans ce cas là, je préfère bien faire et prendre le temps.

De retour et toujours pas pressée (mais avec une grande envie), j’ai refais connaissance avec ma belle, je voulais reprendre mes marques avant de faire le grand saut ou plutôt la grande enjambée.

J’ai donc commencé par le travail à pied avec comme support le dernier né de Véronique de Saint Vaulry : Communiquer avec son cheval, 5e édition. Enrichi de réflexions et de pistes concrètes sur des problèmes bien d’actualités comme par exemple le travail dans le rond, c’est un livre de chevet pour moi !

La première chose sur lequel il fallait que je travaille : le respect. Ma belle est très gentille mais… collante, un peu trop collante ! C’est un atout mais en attendant, il faut qu’elle apprenne à faire un peu plus attention à moi. Je ne suis pas qu’un distributeur de pomme-carotte que diable !

Avec le début du chapitre 2 en tête, me voilà partie avec mon licol, ma grande longe et mon stick. La belle apprend vite, très vite, elle comprend mais cherche parfois à transgresser autrement le contrat ! Le plus drôle a été lorsque je lui avais demandé des distances lors de la distribution de carotte. Face à elle, je lui demande de reculer puisqu’elle était largement trop prés. Elle s’exécute mais elle est bien embarrassée, la carotte est plus loin… Peu importe ! Elle allonge le cou tel une élégante girafe et la voilà qui me secoue son nez devant moi pour me quémander la friandise ! Ah mais que pouvais-je dire ? Rien. Elle avait respectée le contrat que je lui avait demandé ! La maline !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *